À propos

Petits mots de l'apiculteur

Enfumoir

Lorsqu’on me demande d’où vient l’intérêt d’être apiculteur, je réponds que ça vient de ma phobie des abeilles, ironique non? En fait, tout a commencé lorsque j’ai offert à mon père une ruche en bois à Noël. Ignorant que j’étais, je ne savais pas dans quoi je m’embarquais. Puisque mon père est une personne pas mal occupée, c’est moi qui me suis chargé d’entretenir la colonie. Au début, je tirai les cadres de la ruche presque en tremblant, mais plus j’apprenais sur cet insecte, plus ma peur s’estompait. Le monde de l’apiculture est désormais une passion pour moi et j’utilise mes inspections pour me déconnecter complètement du monde et me concentrer sur ma tâche. Je n’avais jamais vraiment compris lorsque ma mère me disait: La peur n’est que le fruit de l’ignorance. Au fil des années d’expérience, j’ai pu confirmer que ma peur des abeilles ne venait que de ma méconnaissance face à cet être impressionnant.

You only sting (live) once!

Giovanni Stephan

Mission

Éduquer le public sur l’importance de l’abeille à miel et des autres pollinisateurs. Exposer les menaces qu’elles font face aujourd’hui tout en profitant des surplus de mes colonies!

Citation

“The only time I ever believed that I knew all there was to know about beekeeping was the first year I was keeping them. Every year since I’ve known less and less and have accepted the humbling truth that bees know more about making honey than I do.”
― Sue Hubbell

Valeurs

F.A.Q.

Questions et réponses

Nous utilisons plusieurs méthodes afin de préserver le goût et les bienfaits de nos miels que les industries apicoles ne peuvent se permettre d’appliquer. Nous n’utilisons aucune fumée dans les rayons à miel afin de ne pas fausser leur goût. Le rucher est situé loin de toutes exploitations agricoles. Nous attendons que les cadres de miel soient complètement operculés avant de les extraire ce qui nous assure que le miel est à son meilleur. Nous effectuons une extraction à froid et nous décourageons la monoculture.

La cristallisation du miel est un phénomène tout à fait normal pour un vrai miel. Le temps avant qu’un miel cristallise dépend de la source de nectar que les abeilles ont butinée, plus précisément, du ratio glucose:fructose du nectar. Plus la concentration en glucose est élevée, plus le miel cristallisera rapidement. Un bon exemple d’un miel qui cristallise rapidement est le miel de tournesol et un miel qui cristallise lentement, le miel d’acacia. Le miel finira toujours par cristalliser. Pour reliquéfier votre miel, il suffit de placer le pot en verre dans un bain d’eau chaude à environ 40 degrés Celsius. Le temps nécessaire de ce procédé dépend de chaque miel, mais est le meilleur moyen afin de préserver les effets bénéfiques du miel.

Dans la très grande majorité des grandes exploitations apicoles, le miel est chauffé afin d’en faciliter son extraction. Plus liquide, le miel sortira plus facilement de l’alvéole qui le contient. Par contre, plus le miel est chauffé, plus la concentration d’hydroxyméthylfurfural (HMF) augmente. La concentration de ce composé est utilisée afin de déterminer la qualité d’un miel. Plusieurs chercheurs ont démontré que le HMF est cancérigène. C’est donc pour cela que nous avons décidé d’extraire nos miels à froid.

Source: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5884753/

La monoculture consiste à fournir aux abeilles une seule espèce de fleur à butiner. Par exemple, placer une ruche au milieu d’un grand champ composé uniquement de sarrasin. Cette pratique n’est pas idéale pour la santé des abeilles. Les colonies utilisées en monoculture développent souvent des carences alimentaires.

L’abeille à miel est souvent confondu avec d’autres insectes volants plus agressifs, par exemple les guêpes et les frelons. Dans la majorité des cas, l’abeille à miel ne portera que peu d’attention aux humains lorsqu’elle se promène pour butiner les fleurs. Elle ne se défendra qu’en dernier recours puisqu’elle sait qu’elle mourra après avoir piqué son assaillant.